Construire des murs : une pratique de guerre ?

Gaël Turine, exposition photo, Bruxelles 2014

Gaël Turine, exposition photo, Bruxelles 2014

Le 9 novembre 1989, le rideau de fer qui séparait le monde en deux tombait. La chute du Mur de Berlin est le symbole du passage d’un monde conflictuel à un monde de paix. Il y a peu nous avons célébré les 25 ans de cet évènement. Mais l’usage des murs de guerre est plus que jamais d’actualité. L’exposition photo de Gaël Turine, qui a eu lieu à Bruxelles, nous permet de revenir sur cette pratique. 

Déjà Michel Foucault réfléchissait sur l’utilisation des fils de fer barbelé par le pouvoir politique. Cette forme de contrôle de l’espace semble vouloir définir tant l’appartenance que l’exclusion. C’était l’objectif du Mur de Berlin, c’est toujours l’objectif de tant de murs construits à travers le monde.

Gaël Turine a choisi de traiter par la photographie le cas du plus long mur du monde. Long de 3 200 km, le mur qui sépare l’Inde du Bangladesh est, au même titre que celui de Berlin ou d’Israël, » un mur de la honte ». Cependant, de l’effarant constat du journaliste lui-même « c’est le mur le plus long du monde et personne n’en connait l’existence ».

Continuer la lecture